Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

  • : UNC Alpes Dauphiné
  • : Vie des Sections rattachées
  • Contact

Assemblée Générale

Recherche Article

Pour nous joindre

               

 

La Guerre d'Algérie

20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 05:44

15/04/2015 – 16H30 Rennes (Breizh-info.com) – Alors que les troupes françaises sont engagées dans plusieurs pays africains, Jean-Yves le Drian a pris la décision, sans consulter la hiérarchie militaire, de virer de Saint-Cyr un spécialiste reconnu de l’Afrique qui enseignait dans cette école.

Dans un communiqué publié sur son blog, Bernard Lugan a annoncé ce matin la décision du ministre de la Défense. Sous le titre « A Saint-Cyr, l’Afrique n’est plus au programme...»,  l’historien indique que « court-circuitant l’ensemble de la hiérarchie militaire afin de lui rappeler -si besoin était-, dans quel mépris elle est tenue, le cabinet du ministre de la Défense vient d’intimer l’ordre au général commandant les écoles de Coëtquidan de suspendre de cours Bernard Lugan.

« Qu’il soit ainsi fait affront à la bienséance, poursuit l’enseignant, nul ne s’en étonnera de la part de technocrates parvenus dont le carriérisme le dispute à la servilité. Ce qui est plus grave c’est que les libertés universitaires soient ainsi violentées par un pouvoir à la dérive.

Il est somme toute assez pittoresque qu’un chef de l’Etat devant l’unique succès de sa présidence à l’efficacité de l’armée de terre en Afrique, décide d’écarter le seul expert qui, du Mali à la RCA en passant par la Libye, le Tchad ou encore la Passe Salvador, la conseille efficacement au quotidien… Mais après tout, le sort de ses soldats est peut-être le cadet de ses soucis. Quant aux joyeux élèves de la Spéciale, le cabinet du ministre vient de leur offrir, sans le savoir, un cadeau inespéré. Ils savent désormais qu’une secte d’idéologues faillis vivant ses derniers jours s’attache à détruire les enseignements ramenant les hommes de terrain à la réalité. Mais en se prétendant  indépendante de la vérité, cette secte est devenue la risée de l’opinion. C’est elle qui la détruira. 

Avant de conclure : « Et puis, après tout, pour de jeunes élèves-officiers, l’interdit ne reste-t-il pas  le meilleur moyen de faire ouvrir un livre ? Si tu ne viens pas à Saint-Cyr, Saint-Cyr viendra à toi…On ne lâche rien ! ».

L’an passé, Bernard Lugan avait déjà été victime de la censure élyséenne alors qu’il devait donner une conférence sur « L’interaction religieuse, culturelle, historique et géopolitique entre les cinq pays de l’Afrique du Nord et ceux de la bande sahélo-tchadienne » aux attachés de Défense français en poste dans la quinzaine de pays concernés.

Cette censure avait fait réagir Jean-Dominique Merchet. Spécialiste reconnu des questions militaires, ce journaliste de gauche n’avait pas hésité à écrire sur son blog Secret Défense : «Attaché à la liberté d’expression, je trouve détestable que quelqu’un – un intellectuel en l’occurence – soit exclu, voire sanctionné, pour ses idées fussent-elles détestables. Et je considère sans hésitation que celles d’extrême-droite, mues par la haine, le sont. Mais je ne suis pas convaincu que Bernard Lugan ne dise que des sottises sur les sujets dont il a fait profession d’étudier et de vulgariser. »

Blog Bernard Lugan

Questions et interrogations au sujet de mon éviction des écoles de Saint-Cyr-Coëtquidan

 
I) Les faits
 
1) Le mardi 14 avril 2015 vers 17 heures, je suis contacté par téléphone par la direction de l’enseignement des Ecoles de Saint-Cyr Coëtquidan (ESCC) qui me signifie verbalement l’annulation de toutes mes interventions programmées, sans en préciser les raisons ;
 
2) Officiellement, à ce jour, je n'ai reçu aucune information écrite concernant ces annulations;
 
3) Je ne sais pas plus officiellement ce qui a motivé cette décision-sanction;
 
4) J'ignore la nature de l’autorité qui l’a ordonnée.
  
Or, l’ancien journaliste à Libération Jean-Dominique MERCHET, proche des milieux de gauche et qui se targue d’être informé directement par le cabinet du MINDEF (Ministère de la Défense) rapporte dans un article publié sur son blog le 15 avril 2015 que :
 
1) « les Ecoles de Saint-Cyr Coëtquidan (ESCC)… confirment que « suite à ses (mes) récentes déclarations sur le déplacement du secrétaire d'Etat aux anciens combattants à Sétif mettant formellement en cause le chef des armées (François Hollande), le   commandement des écoles a annulé sa (ma) prestation du 29 avril, sans remettre en cause son (mon) expertise d’historien ni présumer de l’avenir de la collaboration entre les ESCC et Mr Bernard Lugan ».
           
2) L’entourage du ministre a rappelé la « consigne » donnée il y a un an et que doivent respecter les universitaires intervenant aux Ecoles, en particulier de Saint Cyr Coëtquidan, de ne déclencher aucune polémique et de ne pas nuire à l’image des dites écoles.
           
II) Analyse des faits
 
Dans un article très documenté au sujet du futur déplacement du secrétaire d’état français aux anciens combattants à Sétif, publié exclusivement sur mon blog le 9 avril 2015 et sans qu'il y soit fait état de mes enseignements aux ESCC, j'étais légitimement fondé à exprimer mon avis tant es qualité d’historien chercheur qu’en vertu de ma liberté d’expression en dehors de mes interventions aux ESCC. Même si cela s'est fait en des termes qui effectivement incriminent le chef de l’Etat : « la décision de François Hollande d'envoyer un membre de son gouvernement à Sétif est une provocation. Ce faisant, le président de la République montre  à la fois son aveuglement historique et son sectarisme politique puisqu'il cautionne la re-écriture de l'histoire faite par les autorités algériennes. Au prix d'une nouvelle humiliation de la France. »
 
Si l’on en croit Jean-Dominique MERCHET, la décision du Général Commandant les ESCC de suspendre mes interventions:
 
1) Ne se fonde pas sur une remise en cause de mon expertise d’historien chercheur sur l’Afrique et donc notamment sur les évènements du 8 mai 1945 qui se sont déroulés à Sétif;
 
2) Serait une interprétation autoritaire à caractère politique émanant au mieux du rappel à la consigne du cabinet du ministre (voir plus haut).
  
Or, en l'état, il n’y a aucune trace d’une quelconque polémique déclenchée par mon article intitulé « Sétif (mai 1945): encore une provocation socialiste » depuis sa publication sur mon blog le 9 avril.
De plus, en quoi cet article aurait-il pu porter atteinte à l’image de l’enseignement des écoles de Saint Cyr Coëtquidan alors qu'il n'y est aucunement fait mention de ces dernières?
En l’espèce, c'est l’interprétation de la nature politique de cette sanction par Jean-Dominique MERCHET qui crée une polémique nuisant à la réputation du commandement des écoles et qui remet en cause la qualité de son enseignement sur l’Afrique.
 
Quant à mon avis parfaitement argumenté sur la décision de François Hollande d’envoyer le secrétaire d’état aux anciens combattants à Sétif, il est tout à fait légitime, même s'il conteste effectivement le bien fondé tant historique que politique de la décision du chef de l’Etat. Ce dernier n’en demeure en effet pas moins un homme public et la Cour européenne des droits de l’homme précise à ce sujet qu’il est soumis à la critique, même désagréable, de ses compatriotes.
 
Nous serions donc face à une sanction prise contre la liberté d'expression pourtant garantie à tout citoyen par la Constitution. Sauf naturellement à devoir considérer que le seul fait d’intervenir aux écoles de Saint Cyr Coëtquidan priverait par voie de conséquence tout universitaire de sa liberté d’expression, y compris en dehors des dites écoles...
 
Dès lors, je suis en droit de m’interroger publiquement sur les véritables motivations d’une telle décision qui bafouerait ma liberté d’expression. En l’absence d’information officielle écrite, je demande donc une audience au commandant des ESCC pour connaître tant l’auteur de cette décision insolite et attentatoire aux libertés, que ses motivations. Cela afin d’en comprendre la nature exacte et être en mesure d'y porter réponse, éventuellement devant les juridictions nationales et européennes compétentes.
 
Bernard Lugan
16/04/2015

Partager cet article

Repost 0
Published by ACBIVIERS