Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

  • : UNC Alpes Dauphiné
  • : Vie des Sections rattachées
  • Contact

Assemblée Générale

Recherche Article

Pour nous joindre

               

 

La Guerre d'Algérie

2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 06:55

En Isère, une nouvelle page se tourne…

 

« Ô temps, suspends ton vol, et vous heures propices, suspendez votre cours » (Alphonse de Lamartine « Le Lac »)

 

C’est, non sans une certaine émotion, que j’ai appris la dissolution prochaine de la section Grenobloise de la Fédération Nationale des Rapatriés actuellement dirigée par un homme d’exception : Louis METERT.

Cette association fondée par le général Edmond JOUHAUD fut de toutes les batailles, de toutes les commémorations. Son but : « Sauvegarder la mémoire de l’Algérie française et de ses martyrs ». Mais le temps a fait son œuvre… Les « départs » se sont inexorablement succédé, les tempes ont blanchi et les rides se sont creusées…

« Vous seuls m’enserrez, souvenirs adorés

   Vous seuls échappez aux fatigues du temps ».

La vie est une chose étrange. Vivre, c’est peiner et souffrir jusqu’au moment où le destin frappe à notre porte ou que la vieillesse s’appesantit sur nous et que, las, nous laissons tomber nos mains sur les cendres froides des feux éteints.

C’est dans la souffrance que l’enfant aspire sa première bouffée d’air et dans la douleur que, devenu vieux, il exhale son dernier soupir. Ainsi va la vie…

A la FNR de Grenoble, on compte désormais ses derniers « résistants »… Depuis un an le Bureau s’est réduit et il n’y a plus que 3 administrateurs. Les rangs des adhérents s’amenuisent également et ne comptent plus que 61 cotisants. Au mois de Mars, la « Maison du Rapatrié » va clore toute activité et s’ouvrir à d’autres associations…

Avec la fin de la FNR, c’est une nouvelle page qui se tourne… une de plus… C’est aussi la mémoire d’un peuple qui, inéluctablement, disparait…

Le carré d’adhérents pugnace et tenace qui la fait vivre, représente les derniers témoins de la présence française en Algérie. Etrange destinée que celle de ces « résistants » issus d’une terre qu’ils ont aimée, défendue et qui n’existe plus…

Dans leur cœur, ils conserveront à jamais les images, les senteurs, l’accent, les rêves de « leur Algérie »… le paradis perdu de leur jeunesse et de leurs illusions.

« Entrez mes souvenirs… Revenez ! Vous aussi rendez-moi vos sourires, vos longs soleils, votre ombre, et vos vertes fraîcheurs… »

 

                                                                       José CASTANO

                                               Courriel : joseph.castano0508@orange.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by ACBIVIERS