Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

  • : UNC Alpes Dauphiné
  • : Vie des Sections rattachées
  • Contact

Assemblée Générale

Recherche Article

Pour nous joindre

               

 

La Guerre d'Algérie

17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 06:27

Publié le 7 janvier 2015 par ActuNautique.com

C'est le seul moyen trouvé par le Ministère de la Défense pour parvenir à boucler son budget 2015 !

On connaissait le leasing pour les véhicules automobiles. Il faudra désormais s'y faire pour les navires de la Marine Nationale !

Confronté à de grosse difficultés budgétaires et à son incapacité à tailler dans les dépenses publiques, la France fait preuve d'une grande ingéniosité financière quand il s'agit de trouver - à court terme -  des nouvelles rentrées financières, et après les hausses d'impôts qui ont asséché la classe moyenne et fait partir les plus fortunés, les services de Bercy sont en train de se surpasser pour ce qui concerne le budget de la défense.

Car question budget, la Défense Nationale peut se targuer d'être le seul ministère à réaliser de sérieuses économies depuis des années, avec des effectifs qui ont fondu de 7881 postes en 2014, tandis que les missions extérieures ne cessaient de croître.

A telle enseigne d'ailleurs que dans le domaine des dépenses militaires, la France pointe désormais derrière l'Arabie Séoudite !

La Loi de Programmation Militaire LPM en cours a vu le budget de la défense amputé en 2014 de 1.7% de ses rentrées, à 29.6 milliards. Pour 2015, il s'établira à 31.4 milliards d'euros, soit 29.1 milliards, de crédits de paiement et 2.3 milliards.... de rentrées exceptionnelles, notamment la cession de fréquences hertziennes et la vente de biens immobiliers....

Le seul hic dans toute cette belle construction réside justement dans les rentrées exceptionnelles car la cession des fréquences hertziennes ne devrait pas intervenir avant la fin de l'année !

concrètement, il manque donc près de 2 milliards d'euros à Jean-Yves le Drian pour payer ses troupes, mettre de l'essence dans les jeeps, payer des gilets pare-balle des soldats et le carénage des bâtiments de la Marine Nationale...

C'est dans ce contexte que les services de Bercy ont eu l'idée de céder le matériel de l'armée à des sociétés de projet (SPV : special purpose vehicles) qui le relouerait à la défense, pour un montant supérieur, l'armée en redevenant propriétaire à la fin du contrat, via une option d'achat, dont le montant pourrait révéler des surprises d'ailleurs, la tendance pouvant être forte de minimiser les loyers pour doper cette dernière, et refiler ainsi l'eau du bain... au gouvernement suivant !!

Il est à noter que les SPV ne seraient pas chargés de l'entretien, entretien réalisé par l'échelon traditionnel, et se contenteraient donc de la prestation de location.

Dans le domaine de la Marine Nationale, tous les bâtiments pourraient être ainsi vendus, à l'exception des sous-marins nucléaires et des unités stratégiques utilisés pour des opérations extérieures, sachant que la simple vente d'un avion de transport Airbus A400M pourrait rapporter 150 millions d'euros (facturés 168 millions par les constructeur à la France..).

Combient vaut donc chaque bâtiment de la Royale ?

Selon nos informations, une cellule de chez DCNS travaillerait sur ce dossier depuis la mi-novembre, notamment pour ce qui concerne les Fremm, les frégates multimissions dont le dernier exemplaire à réceptionner par la Marine Nationale, la Fremm Normandie... pourrait être vendue à l'Egypte, avant même que d'être rentrée en service, une vente bienvenue pour DCNS mais onéreuse pour la LPM !!

En attendant, les obstacles juridiques sont nombreux à lever avant le mois de juin, date butoire de la mise en place de ces SPV, avec une question à la clé : leur capital sera t-il ouvert à des investisseurs étrangers ?

En bref et pour faire simple : le Qatar va-t-il directement financer l'armée française ?

Qu'il est décidément difficile de vivre au dessus de ses moyens... 

Partager cet article

Repost 0
Published by ACBIVIERS