Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue

  • : UNC Alpes Dauphiné
  • : Vie des Sections rattachées
  • Contact

Assemblée Générale

Recherche Article

Pour nous joindre

               

 

La Guerre d'Algérie

24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 07:59
Repost 0
Published by ACBIVIERS
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 17:09

Capture d’écran (333)

 

 

 

Repost 0
Published by ACBIVIERS
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 06:56

  

Biviers le 20 novembre 2014

 

A l'heure ou des milliers de djiadistes européens (dont sans doute plus de 4000 de nationalité française) ont rejoint en Irak et en Syrie les rangs des combattants islamiques de Daesh, nouveaux et atroces criminels de guerre, une succession d'informations récentes nous apprend que deux "français" ont participé à l'assassinat des seize soldats syriens et de l'otage américain.

Dans le même temps ,ce jour, nous apprenons que trois djiadistes "français" viennent de lancer un appel invitant  les musulmans de notre pays à  les rejoindre ou  de commettre des attentats sur le sol national.


Dans le numéro d’octobre – novembre 2014 d’Armées d’Aujourd’hui, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, se présente comme « le garant de la bonne exécution de la loi de programmation militaire », somme des restructurations de 2015 dont le but est d’arriver au modèle d’armées des années 2020.

Je rappelle que notre armée  a été divisée par plus de 2,5 en 20 années ,que la plus grande partie de ses matériels est obsolète, l'autre partie  est sur cale, que l'on souhaite encore supprimer 35000 personnes dans ses rangs, et que ayant maintenant de la difficulté à supprimer des unités complètes, on va maintenant ôter à chaque régiment une compagnie, et pourquoi pas demain à chaque escadron ,un peloton.

Dans le même temps aucun effort n'a été demandé à la fonction publique (l'Armée été la seule à supporter les diminutions d'effectifs) dont les personnels  loin de diminuer augmentent au contraire, alors que les missions imposées à notre armée ne cessent de croître les budgets actuels n'étant même pas garantis (voir fréquences hertziennes!)

Les événements d'Irak et de Syrie devraient faire réfléchir nos dirigeants, la première obligation de l'Etat étant la protection de ses ressortissants. Les menaces actuelles devraient au contraire nous contraindre  à faire machine arrière et développer dans toutes les zones à risques de notre territoire les moyens nécessaires à la sécurité des Français

Pierre Chauvet

 

Repost 0
Published by ACBIVIERS
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 16:55

30 octobre 2014

Le salon beige

Une lectrice nous a fait parvenir une lettre ouverte du colonel Yves Logette, secrétaire de la promotion "Général de Gaulle" de l'ESM de Saint-Cyr (1970-1972), adressée au Président de la République :

le  20  Octobre  2014

       Monsieur  le  Président  de  la  République 

   La place que vous occupez vous offre le pouvoir fabuleux de faire pratiquement ce que vous voulez !  Soit prendre appui sur la volonté du peuple et des élus, comme aurait fait le général de Gaulle, soit décider, seul, sans leur soutien voire contre celui-ci, comme vous n’hésitez pas à le faire. Vous pouvez décider d’agir ou de ne rien faire.

Vous pouvez décider de ne rien faire, ou nommer une commission, ce qui revient au même sachant le nombre de personnes autorisées qui lisent et suivent les rapports d’enquête.  Ne rien faire comme, par exemple, pour suivre les recommandations de la Cour des Comptes sur les dépenses exorbitantes et les gabegies de l’Etat, ses déficits abyssaux, sur la prise en compte d’une immigration croissante que le niveau du chômage en France ne permet pas d’absorber, sur le record du nombre d’élus par habitant, sur les subventions honteuses accordées à certains organismes, etc …

Vous pouvez aussi décider d’agir, comme vous le faites pour déconstruire la famille traditionnelle, comme vous l’avez fait pour déclarer la guerre, en maintes occasions, sans demander l’accord du peuple et de ses élus.  Guerre au Mali contre un adversaire à notre portée, guerre en Centrafrique pour tenter d’éviter des massacres, guerres étendues au Sahel, (désolé de vous plagier avec cette anaphore) guerre en Irak aujourd’hui et peut-être en Syrie ou en Ukraine demain contre un ennemi bien décidé et fortement armé.  Vous aviez décidé, seul encore, de frapper la Syrie en 2013 dans l’ombre des Etats-Unis mais avez dû retenir nos avions quand le président Obama a soumis sa propre décision au Congrès, ce qui montre, par ailleurs, que nous n’avons plus de diplomatie ni de politique de Défense indépendantes.

Concernant le budget de la Défense, vous avez fait de belles annonces (« sanctuarisation ») mais prétendre que vous allez garantir, dans la durée, le budget à 31 milliards d’euros est un mensonge car, outre que les livres blancs et lois de programmation n’ont jamais été respectés, ce budget repose sur des recettes exceptionnelles qui ne seront jamais réalisées, comme vous le savez. Sans parler du coût des opérations extérieures, patate chaude que se repassent, sans honte, tous les ministères jusqu’à ce que la Défense les assume.

Certes, les gouvernements qui vous ont précédé, et notamment celui de monsieur Sarkozy, ont largement contribué à la réduction massive des moyens militaires. Votre honneur aurait été de les rétablir à leur niveau suffisant.

Les militaires sont fatigués d’entendre le leitmotiv de la nécessaire participation de tous les ministères à l’effort de rationalisation de l’Etat car ils savent que l’effort est toujours demandé aux mêmes !  Ceux qui ne peuvent pas manifester bruyamment. On connait la chanson : « La Muette, gentille muette, la muette, je te plumerai, et la tête et le bec, etc …. » Vous nous prenez pour des naïfs, monsieur le Président, en nous expliquant que la Défense doit, pour des raisons d’économies, se séparer de 60.000 postes en 5 ans alors que, dans le même temps, vous embauchez 60.000 fonctionnaires dans l’Education nationale qu’il faudra payer à vie, activité puis retraite.  Comment peut-on supprimer des navires de guerre, des bases aériennes, des régiments et donner, en même temps, à ces unités militaires de plus en plus de missions hors métropole ? Comment peut-on supprimer un hôpital militaire quand nos blessés, de retour d’Opex, n’ont jamais été aussi nombreux et aussi gravement atteints ? Vous a-t-on rapporté que nos soldats utilisent le système D ou l’achat dans le commerce pour leurs équipements de terrain qui souffrent trop rapidement ? Vous a-t-on dit que les bataillons déployés en Afrique sont notoirement insuffisants pour l’étendue des missions, le contrôle de populations innombrables et des distances énormes ?  Ose-t-on vous rendre compte que les troupes restées en France ne peuvent plus s’entraîner car leurs matériels opérationnels ont été cannibalisés pour assurer une disponibilité optimale sur les théâtres d’opération ?

  En tant que chef des armées (article 15), d’une nation qui est membre permanent au Conseil de Sécurité, vous savez que la grandeur de la France repose aussi sur sa capacité à imposer, si besoin par la force, la souveraineté de l’Etat partout où le drapeau tricolore flotte.  Que ferez-vous quand le groupe aéronaval ne pourra pas prendre la mer (parce que notre seul porte- avions est en révision IPER pour plusieurs mois) ni se déployer au large de côtes étrangères où nos ressortissants sont menacés ?  Que direz-vous au pays quand le sous équipement de nos forces spéciales, de notre Marine, de nos drones, etc … ne permettra pas de récupérer nos otages ?  Que direz-vous à Bruxelles quand le faible taux de maintien en condition de nos matériels ne permettra plus de participer à une éventuelle riposte européenne ?  Que direz-vous à l’ONU quand nos forces armées, déjà employées sur plusieurs théâtres en même temps, ne pourront plus constituer un contingent national pour répondre à une résolution qui garantit nos intérêts ? Que direz-vous aux ministres du gouvernement quand les forces de l’ordre ou de sécurité seront débordées par une insurrection locale d’une banlieue ou d’un DOM aux mains de rebelles qui ne respectent plus nos lois et que la ressource en hommes du ministère de la défense s’avérera insuffisante du fait d’un surcroit d’emploi opérationnel face au terrorisme (raison d’être de nos guerres actuelles), par exemple ? Taper du poing sur la table de négociations, quelles qu’elles soient, n’impressionne que si on cache un gros bâton dans le dos. Rappelez-vous Staline : « Le Pape, combien de divisions ? ».

   Au poste qui est le vôtre, celui du capitaine, l’horizon qui doit vous hanter ne devrait pas être celui des prochaines échéances électorales, objectif petit de petits politiciens, mais celui du redressement de la France et de son image à long terme. Pour cela, vous ne devez pas sacrifier le seul atout qui vous est, par nature et tradition, je dirais même par honneur, fidèle en tous temps et en tous lieux, non pas parce que c’est vous, mais parce que vous êtes aux commandes du navire et qu’ils savent que la traversée sera longue et les tempêtes probables.

   Alors, si vous voulez, monsieur le Président, que les armées vous assurent encore « le plus beau jour de votre vie » comme vous l’avez dit à Bamako, il est temps de respecter votre 60ème et dernière proposition de candidat (en espérant qu’elles ne sont pas classées par ordre d’urgence). Je vous cite : « Je maintiendrai une ambition nationale élevée pour notre outil de défense ». Oui, si vous voulez montrer que vous êtes le capitaine, que vous êtes vraiment capable de réaliser le changement, alors regardez au-delà de l’horizon proche qui est celui de vos matelots et revenez sur les décisions de restructuration que vous ont soufflées les petites mains qui ne sont même pas à la passerelle ! Rendez-vous compte, on dira de vous : « C’est le premier chef d’Etat qui a rendu sa grandeur à la France ! ». Bien sûr, je rêve car j’imagine que vos filtres ne vous montreront pas cette lettre mais je vais lui assurer la plus large diffusion et, qui sait, un jour de découragement à la Lanterne, vous passera-t-elle entre les mains.

   Veuillez croire, Monsieur le Président, au très profond respect que je porte à la fonction que vous occupez. 

   Signé Yves Logette, Colonel en retraite ayant  commandé  un  régiment d’hélicoptères  de  combat

Posté le 30 octobre 2014 à 23h58 par Marie Bethanie | Catégorie(s): France : Politique en France , France : Société 

Repost 0
Published by ACBIVIERS
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 16:27

En tête Jacques    

 

 

 

Biviers le 18 novembre 2014

 

 

 

Organisation des cérémonies du vendredi 05 décembre 2014

 

                                                   

Madame, Monsieur,

 

Chaque année, le 05 décembre, la France se souvient et honore ses soldats tombés en Afrique du Nord

1952-1964

Décret n° 2003-925 du 26 septembre 2003 instituant une journée nationale d’hommage aux « Morts pour la France pendant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie, le 5 décembre de chaque année

 

Décorations pendantes et béret d’arme souhaités

 

MONTBONNOT SAINT MARTIN cérémonie à 9 h 00 dépôt de gerbe

Possibilité de café et croissant à partir de 8h 30 à proximité

 

BIVIERS cérémonie à 9 h 30 dépôt de gerbe

 

SAINT ISMIER cérémonie à 10 h 15 dépôt de gerbe

 

SAINT NAZAIRE LES EYMES cérémonie à 10 h 45 dépôt de gerbe

 

BERNIN cérémonie à 11 h 30 dépôt de gerbe

*Remise de la Croix du Combattant à Jean-Michel HUSSER

 

 

12 h 30 Repas corse pris en commun à la salle des fêtes – Prix 15 € à encaisser sur place

Pour les inscriptions avant le 03 décembre s’adresser à :

Marcel BRUN  (06 87 40 03 85 ou 04 76 08 62 25

 

 

TENCIN cérémonie à 15 h suivie d’un pot offert par la municipalité

 

LA PIERRE cérémonie à 16 h

 

VILLARD BONNOT cérémonie à 17 h

 

 

 

 

 

 

 

 

Le président : Pierre Chauvet                                                          Le secrétaire : Jacques Bouissou

                                                                                                      ( : 09 53 17 74 92 ou 06 60 90 72 35

Repost 0
Published by ACBIVIERS
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 07:15

aziz

Repost 0
Published by ACBIVIERS
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 15:48

 

 

 

 

 

Par

À la une du Point.fr

              

Les Russes s'énervent face aux tergiversations françaises. Ils viennent de faire savoir, par le truchement d'une dépêche de l'agence Novosti, qu'ils exigeront de lourds dédommagements si le premier des deux navires Mistral commandés à la France n'est pas livré. Paris réitère sa position : pas de livraison sans une désescalade en Ukraine. Cela risque de prendre du temps...

La France, embarrassée, se drape dans une posture politico-morale qui laisse rêveur. En septembre dernier, Jean-Yves Le Drian se félicitait du fait que les commandes d'armements français à l'étranger aient augmenté de 43 % en 2013. Le ministre de la Défense faisait observer que les exportations d'armements avaient représenté le quart de nos exportations globales de 2010 à 2013, et pesaient pour 40 000 emplois, sur les 160 000 que représente ce secteur.

Or, d'où nous vient cette manne miraculeuse ? Les commandes d'armes proviennent-elles uniquement d'États vertueux, démocratiques, respectant scrupuleusement les droits de l'homme et les libertés publiques ? Nos clients observent-ils tous méticuleusement les règles du droit international ?

L'Arabie saoudite, notre plus gros client

La réalité est plus triviale : 40 % de nos exportations d'armements vont vers le Moyen-Orient, et principalement vers l'Arabie saoudite, notre plus gros client. Le royaume est régi selon les principes du wahhabisme, une interprétation particulièrement rigoureuse de l'islam qui a servi de matrice à toutes les organisations djihadistes qui ensanglantent la région. Le système politique est fondé sur une organisation dynastique et tribale d'un autre âge. Certains princes saoudiens ont été les parrains de plusieurs groupes qui ont basculé dans le terrorisme. En Arabie, les femmes n'ont pas le droit de conduire une voiture et tout autre culte que l'islam est interdit. La police religieuse - les muttawas - veille au respect des bonnes moeurs.

En mars 2011, une colonne d'un millier de soldats saoudiens pénétrait à Bahreïn, un petit émirat voisin, pour mater une révolte populaire chiite à la demande de l'émir sunnite. Une application locale de la doctrine de la "souveraineté limitée" jadis brandie par les dirigeants soviétiques pour justifier leurs interventions en Hongrie ou en Tchécoslovaquie.

La France a-t-elle envisagé de suspendre ses livraisons d'armes à l'Arabie saoudite ? Pas une seule seconde. Mais, nous dit-on, dans l'affaire des Mistral, il s'agit de faire pression sur Poutine et de ne pas indisposer nos partenaires de l'Est européen.

Influence

Croit-on sérieusement que la non-livraison de ces navires aurait quelque influence sur la position du Kremlin ? Dans la crise ukrainienne, Poutine bénéficie du soutien de l'énorme majorité de ses compatriotes pour lesquels l'Ukraine est intrinsèquement liée à l'histoire de la Russie.

La Pologne et les pays Baltes, qui ont souffert sous la botte soviétique, ont, eux, de bonnes raisons de se méfier de l'ours russe. La Pologne, notamment, invoque à tout bout de champ la solidarité européenne. Mais en 2003, lorsqu'il s'est agi de remplacer ses vieux chasseurs Mig 21, Varsovie a choisi d'acheter des F16 américains. Pas les Mirage que lui proposait Dassault... Alors, si l'on veut réellement moraliser nos ventes d'armes, démarchons la Suède ou la Suisse. Nos voisins helvétiques seraient peut-être intéressés d'ancrer un Mistral sur le lac Léman.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by ACBIVIERS
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 15:26

ANNEE-2014-1993---Copie.JPG

 

 

 L'exposition "La Grande Guerre" 14-18 sera présentée à Meylan,

à la Maison de La Musique 4 avenue du Granier

du Vendredi 21/11 au Jeudi 27/11.


Les jours et horaires d'ouverture sont les suivants:



Vendredi 21 novembre  de 14 h à 18 h

..........

Samedi 22 novembre  de 10 h à 12 h ( Inauguration à 11h )

et de 14 h à 18 h

..........

Du lundi 24 novembre au jeudi 27 novembre  de 14 h à 18 h

Repost 0
Published by ACBIVIERS
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 15:26

 L'exposition "La Grande Guerre" 14-18 sera présentée à Meylan,

à la Maison de La Musique 4 avenue du Granier

du Vendredi 21/11 au Jeudi 27/11.


Les jours et horaires d'ouverture sont les suivants:



Vendredi 21 novembre  de 14 h à 18 h

..........

Samedi 22 novembre  de 10 h à 12 h ( Inauguration à 11h )

et de 14 h à 18 h

..........

Du lundi 24 novembre au jeudi 27 novembre  de 14 h à 18 h

Repost 0
Published by ACBIVIERS
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 07:00

 J'ai mis mes bagages dans le "compartiment à bagages" dans l'avion et je me suis assis à ma place assignée. Cela allait être un long vol. «Je suis content d'avoir un bon livre à lire. Peut-être aussi vais-je faire une courte sieste, pensai-je.


Juste avant le décollage, plusieurs soldats sont entrés dans l'allée et ont pris tous les sièges vacants autour de moi. J'ai décidé de commencer une conversation. J'ai demandé "Où allez-vous ?" Petawawa,  me répondit l'un d'eux. Nous allonsêtre là pendant deux semaines pour une formation spéciale, et puis nous irons en déploiement en Afghanistan  

Après une heure de vol, une annonce a été faite que les déjeuners « sacs » étaient disponibles pour cinq dollars. Comme le vol serait long, j'ai décidé qu'un déjeuner aiderait à passer le temps.

Comme je prenais mon portefeuille pour payer le déjeuner, j'ai entendu un soldat demander à son copain s'il avait  prévu d'acheter le déjeuner. «Non ça semble être beaucoup d'argent pour juste un déjeuner sac ». Je vais attendre que nous rentrions à la base. " Son ami était d'accord, et s'abstint lui-aus 

J'ai regardé autour, pour voir la réaction des autres soldats. Aucun n'a commandé de déjeuner. J'ai marché à l'arrière de l'avion et remis au préposé du vol un billet de cinquante dollars. «Donnez s.v.p. un déjeuner à chaque soldat». " Elle saisit mon bras et le serra fortement .. Ses yeux mouillés de larmes, elle m'a remercié . «Mon fils était un soldat en Afghanistan, c'est un peu comme si vous le faisiez pour lui. Il y est mort d'un obus dissimulé le long de la route près de Beshawar.
 

Reprenant dix sacs, elle s'est dirigée dans l'allée à l'endroit où les soldats étaient assis. Elle s'arrêta à ma place et m'a demandé, «Que préférez-vous ?  boeuf ou poulet ? » Poulet, lui répondis-je, se demandant pourquoi elle m'a posé cette question. Elle se retourna et partit pour l'arrière de l'avion, pour revenir moins d'une minute plus tard avec une assiette de première classe. « C'est mon Merci » dit-elle.

Après avoir fini de manger, je suis allé de nouveau à l'arrière de l'avion, pour utiliser les toilettes. Un homme m'a arrêté. «J'ai vu ce que vous avez fait. Je veux être de la partie. Tenez, prenez cela. " Il me tendit vingt-cinq dollars.
 

Peu de temps après, je retournai à ma place, au moment où le commandant de bord descendait l'allée, en regardant les numéros de banc en marchant. J'espérais qu'il ne me cherchait pas. J'ai alors remarqué qu'il regardait les numéros de mon côté de l'avion. Quand il est arrivé à ma hauteur, il s'arrêta, sourit, me tendit la main et dit: « Je tiens à vous serrer la main ». J'ai rapidement détaché ma ceinture pour serrer la main du capitaine. Avec une voix de stentor, il dit: «J'étais pilote militaire il y a quelques années. Une fois, quelqu'un m'a acheté un déjeuner. C'était un acte de bonté que je n'ai jamais oublié ». J'étais gêné lorsque les applaudissements se firent entendre de tous les passagers.

Plus tard, comme je marchais à l'avant de l'avion pour que je puisse me dégourdir les jambes. Un homme qui était assis à peu près six rangées en avant de moi, me tendit la main. Il a laissé un autre vingt-cinq dollars dans ma main.
 

Lorsque nous avons atterri , j'ai rassemblé mes affaires et tous ont commencé à débarquer. Juste à l'intérieur de la porte de l'avion il y avait un homme qui m'a arrêté pour me mettre quelque chose dans la poche de chemise, puis se retourna et s'éloigna sans dire un mot. Encore vingt-cinq dollars !
 

En entrant dans le terminal, j'ai vu les soldats se rassembler pour leur voyage vers la base de "Petewawa" environ 2h30 heures au nord de Toronto. Je me suis dirigé vers eux et leur ai remis les soixante-quinze dollars. Il vous faudra un certain temps pour atteindre la base et vous prendrez sûrement un sandwich le long de la route. « Dieu vous bénisse, me répondit l'un des soldats qui prit l'argent.

Comme je marchais vivement à ma voiture, je dis intérieurement une prière pour leur retour en toute sécurité. Ces soldats donnaient leur vie pour notre pays et notre protection. Je ne pouvais leur donner qu'un repas. Cela me semblait si peu.

Un ancien combattant est une personne qui, à un moment donné de sa vie, a écrit un chèque en blanc à l'ordre du «Canada» pour un montant allant jusqu'au prix de sa vie. "

C'est l'honneur, et il y a beaucoup trop de gens dans ce pays qui ne le comprennent pas.
Que Dieu vous donne la force et le courage de passer ce message à tout le monde sur votre liste de contacts courriels..

Je viens de faire !

La prière de demande : Quand vous recevrez cette lettre, s'il vous plaît arrêtez-vous un instant et dites une prière pour nos troupes à travers le monde . S'il-vous-plaît envoyez ce message après une courte prière.
Il suffit d'envoyer ceci aux gens de votre carnet d'adresses. Ne la laissez pas s'arrêter avec vous. De tous les cadeaux que vous pourriez donner à nos jeunes engagés dans les Forces canadiennes, Françaises et, autres pays libres
 
la prière est le plus grand cadeau que vous puissiez leur donner ...
  Suggestion de prière:
 
 
«Seigneur, protégez nos troupes en mission dans le monde. Protégez-les comme ils nous protègent tous à l'abri dans nos foyers. Bénissez-les ainsi que leur famille pour les actes désintéressés qu'ils accomplissent pour nous. Que la paix soit.  Amen»

 Union Nationale des Parachutistes
>>> Section Strasbourg

Repost 0
Published by ACBIVIERS