Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue

  • : UNC Alpes Dauphiné
  • : Vie des Sections rattachées
  • Contact

Assemblée Générale

Recherche Article

Pour nous joindre

               

 

La Guerre d'Algérie

5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 20:48

30/10/2012 à 10:17

Lettre d’Antoine Roch ALBALADEJO, général en deuxième section, ancien de la Légion Etrangère , président de l'’association des Anciens du lycée Ardaillon d’Oran

> > Pour : figmag@lefigaro.fr 
> > 
> > " J'accuse "
> > > > 
> > > > J'accuse François Hollande de mensonge. Au poste qu'il occupe aujourd'hui François Hollande a tous les moyens de savoir ce qui s'est réellement passé le 17 Octobre 1961 à Paris. Il peut ainsi vérifier que le FLN avait décidé d'organiser une manifestation au cours de laquelle il prévoyait la destruction de quelques installations parisiennes et quelques assassinats ciblés de membres du service d'ordre et du MNA, son adversaire politique.
> > > > Il pourra ainsi vérifier qu'il n'y eut pas 300 morts, mais 7, dont un Français, consécutifs à la violence de quelques meneurs du FLN. Quant aux 2300(!) blessés, on n' en trouve que peu de trace, sinon dans les déclarations mensongères d'anciens FLN.
> > > > J'accuse François Hollande de saboter tous les efforts faits par notre pays pour intégrer les immigrés. Comment aimer un pays dont le président fait de telles déclarations ? Chacun peut mesurer le désastre provoqué chez les jeunes maghrébins par de tels mensonges.
> > > > J'accuse François Hollande d'avoir serré dans ses bras des Ben Bella et autre Bouteflika. Des terroristes qui ont provoqué et encouragé les pires atrocités qui n'aient jamais été commises dans le monde. Des gouvernants qui au pire ont encouragé, sinon au moins fermé les yeux sur les crimes et les tortures atroces dont furent victimes des milliers de Harkis. Un individu, Bouteflika, qui s'est acharné à éradiquer notre langue en Algérie et qui aujourd'hui se noie dans ses mensonges sur la présence Française en Algérie, dont il peut mesurer la réussite tous les jours dans son pays ( prêt à demander réparations pour les ports, aéroports, hôpitaux, écoles, barrages, pétrole, gaz, etc...qu'on lui a laissés, intacts).
> > > > J'accuse François Hollande de faire semblant d'oublier que 95% des esclaves furent vendus par leurs propres chefs de tribus Africains et que plus de 95% des Français n'avaient rien à voir avec ces crimes au fond de leurs provinces.
> > > > J'accuse François Hollande de toujours donner raison aux ennemis de la France, d'attiser leur haine des Français et d'abaisser ainsi son pays. Ce n'est sûrement pas le rôle d'un Président de la République digne de ce nom.
> > > > 
> > > > Général Antoine-Roch Albaladéjo

Repost 0
Published by ACBIVIERS
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 20:42

 

 

 
clip_image001    Le fondateur de la FNACA
  
Jean-Jacques SERVAN-SCHREIBER nait en 1924, issu d’une famille influente aux origines prussiennes et juives.
Reçu à l’école polytechnique en 1943 de son métier d’ingénieur, il se découvre un goût à la lecture et le journalisme.
Très brillant, il est engagé au journal le monde, à 25 ans, il est éditorialiste en politique étrangère,  il se spécialise alors sur la guerre froide.
Il signe une série d’articles sur le conflit indochinois, il rencontre Pierre  Mendes France qu’il considère comme son mentor, seul et unique pour diriger la France.
A 30 ans, il est directeur de son propre journal l’EXPRESS.
Il séduit à la fois la jeunesse et les intellectuels les plus en vue des années 1950 à 1960 ; il se déplace de partout dans le monde rencontre beaucoup de hautes autorités étrangères, il s’intéresse de près au problème de la décolonisation dont le cas de l’Algérie.
Entre saisie et censure, le succès de l’express est grandissant, après le désastre de Diên Biên Phu, Pierre Mendes France est nommé président du Conseil, Jean-Jacques SERVAN-SCHREIBER devient son conseiller privilégié dans l’ombre, il convainc par exemple Pierre Mendes France de prendre son ami François Mitterrand comme ministre de l’intérieur. Lorsque débute les évènements d’Algérie,  il est farouchement opposé au retour du Général de Gaulle.
  
clip_image001[1]    En 1958, Jean-Jacques SERVAN-SCHREIBER s’active et rejoint  la position de l’extrême gauche sur l’avenir  de l’Algérie, il concerte et anime les rencontres de trois associations  de tendance socialiste,  sous son impulsion et à l’initiative du parti communiste ; le 1er septembre 1958, ils réunissent une centaine d’anciens combattants dont la plupart sont de Tunisie et du Maroc, ils se retrouvent tous à l’hôtel Moderne  à Paris pour prendre part au premier congrès qui verra la naissance de la FNAA, présidé par Jean-Jacques SERVAN-SCHREIBER.
 
Le parti communiste exigera et obtiendra  des postes clefs dans le  bureau de cette nouvelle fédération. Comme dans toutes les coalitions où ils se sont introduits les communistes prirent immédiatement le contrôle effectif de l’association.
Le principal opposant à la politique française en Algérie fut le parti communiste et la FNAA va cautionner cette politique. On verra plusieurs désertions de certain de ses membres (comme par exemple l’aspirant Maillot) vers les rangs du FLN, plusieurs affaires sont dévoilées à l’époque
 
L’appui matériel et financier d’où l’aboutissement entre autre a été l’acheminement d’armes de pays de l’Est vers les camps extérieurs du FLN qui ensuite ont été utilisés contre des soldats français en particulier des appelés du contingent
 
clip_image001[2]    Le 30 et 31 mars 1963 au 4ème congrès national à Noisy le Sec qu’est ajouté le « C » de combattant dans le sigle de la FNACA.
A ce congrès la date du 19 mars 1962 fut choisie pour commémorer le cessez le feu en Algérie alors même qu’il y a encore des morts français en Algérie.
Alors que depuis le 19 mars 1962 à novembre de la même année il y a eu 5 fois plus de morts que pendant les sept années de guerre.  Alors que les massacres des harkis ne sont pas terminés et  qu’ils sont perpétrés dans des conditions épouvantables qui rappellent étrangement ceux qui par la suite dans l’Algérie indépendante ont eu lieu de manière chronique.
Alors  qu’il existe encore des camps de prisonniers destinés aux harkis en Algérie, le rapport de la Croix Rouge internationale dressé à Genève le 24 octobre 1963 signale « au moment où le présent rapport est rédigé la croix Rouge n’a pas été autorisée  à  visiter environ 20 camps placés sous l’autorité de l’Armée Algérienne » ces prisonniers se comptent  par milliers.
clip_image001[3]    La toile d’araignée se tisse, lors de ce congrès une stratégie a été élaborée grâce à l’aide matérielle et financière venant même de l’étranger la FNACA va sillonner la France, village par village, ville par ville en s’implantant et en déposant des plaques commémorant le « 19 mars. Fin la guerre d’Algérie » sur les rues, avenues, boulevards et places.
 
clip_image001[4]    Le 29 septembre 1981 : Jean Laurin ministre des anciens combattants réunissait 29 associations représentatives concernées par la guerre d’Algérie.
26 d’entre elles se déclarent contre l’officialisation du 19 mars.
 
clip_image001[5]    30 juin 1983 : Au siège du PCF,  George Marchais  qui est alors secrétaire général du parti entouré de son comité central reçoit une délégation et  met  en évidence l’accord complet du PCF avec la demande de la FNACA.
 
clip_image001[6]    1er juillet 1998 : Le groupe communiste déposait la première proposition de la loi en faveur du 19 mars
A partir de la 9ème proposition de loi concernant  cette fameuse date a été déposée le 5 décembre 2000.
 
clip_image001[7]    18 octobre 1999 : L’expression « guerre d’Algérie » a été officiellement adoptée en France.
 
clip_image001[8]    25 septembre 2001 Jacques Chirac ouvre la première journée « Hommage aux harkis », cette journée porte une reconnaissance officielle et en particulier du drame des familles harkies pour la plupart abandonnées par la France en Algérie après le 19 mars 1962.
 
clip_image001[9]    22 janvier 2002 : Le texte de loi portant sur l’officialisation du 19 mars fut adopté à une faible majorité 278 pour 204 contre, avec 35 abstentionnistes et 47 députés absents, le seul groupe à avoir voté à l’unanimité pour le 19 mars est le parti communiste avec 35 votants (aucun absent).
Finalement, le gouvernement Jospin n’a pas voulu transmettre cette loi au Sénat et a préféré la  ranger dans les cartons faute de consensus politique
 
clip_image001[10]    Stratégie de l’Araignée N’ayant pas le monopole des autres associations d’anciens combattants et étant la seule à revendiquer le 19 mars, la FNACA, cette association honteuse et surtout odieuse va déployer  toute son énergie et  multiplier ses activités de 3ème âge (voyage, loto, bal, apéritif, etc….)
 
Profitant de l’ignorance de ces adhérents sur la question du 19 mars, elle va endoctriner un nombre considérable d’adhérents et mettra en œuvre sa spécialité favorite le lavage de cerveau et le bourrage de crâne.
 
clip_image001[11]    26 septembre  2003 : Par décret est instituée le 5 décembre une journée nationale d’Hommage aux « morts pour la France » pendant la guerre d’Algérie et les combattants du Maroc et de la Tunisie.
A cette occasion est érigé un mémorial au Quai Branly à Paris.
La FNACA boycotte la cérémonie du 5 décembre et s’obstine à revendiquer le 19 mars.
La FNACA ne désarme pas : Forte de ses appuis politiques, elle se prétend la seule organisation spécifique de la 3ème génération du feu et proclame son « apolitisme » avec une obstination excessive.
Elle signe et persiste dans sa voie, elle avance.
 
 
clip_image001[12]    17 octobre 2012
Le sénateur Alain Neri véritable fossoyeur de l’Histoire agissant sous les directives de la FNACA fait ressurgir le 19 mars enterré dans les cartons depuis 10 ans.
« Sans concertation  préalable et au mépris de tous, au risque de provoquer la communauté harkie,  les pieds noirs et les associations d’anciens combattants, le Sénat ré ouvre une plaie  qui n’a jamais été soignée mais simplement cachée.
L’examen de cette loi par le Sénat a été suspendu durant la discussion générale et reporté au 20 novembre 2012, à suivre…….
 
LES CONCLUSIONS DE LA COORDINATION HARKA AUX SERVICES DES HARKIS
clip_image001[13]    La Fnaca,  si on exclut ceux qui adhérent pour les activités et les sorties et que l’on retire les endoctrinés,
clip_image001[14]    Il ne restera que les porteurs de valises du FLN et des hommes sans honneur.
clip_image001[15]    Concernant le Sénat, si les sénateurs adoptent cette loi, il y aura un danger éminent pour le renforcement de la cohésion national et ce n’est pas  le but recherché en tant de crise.
 
Fait à Saint Laurent des Arbres, le 29 octobre 2012
                                                                       Hacène ARFI,
                                                                       Président de la Coordination Harka,
                                                                       Chevalier de l’Ordre National du Mérite.
 
 
Rue Marcel Cerdan – 30126 Saint Laurent des Arbres
Mail : hacene.arfi@laposte.net  Téléphone 06 82 14 61 34
Repost 0
Published by ACBIVIERS
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 20:06

 

 Le 5 novembre 2012   
 
Le gouvernement et sa majorité sénatoriale ont fait le choix, plutôt que de l’apaisement mémoriel, de la provocation en décidant d’inscrire à la sauvette à l’ordre du jour du Sénat, le 8 novembre prochain, l’officialisation du 19 mars 1962, comme date de la fin de la guerre d’Algérie.
 
Cette proposition est une insulte pour tous ceux qui ont vécu, il y a 50 ans, le drame de l’exode et en particulier pour les familles des victimes des exactions du FLN.
 
Le Cercle Algérianiste appelle donc, pour protester contre cette provocation, à manifester :
 
-         à Toulon le mercredi 7 novembre 2012 à 14 h 00, Place de la Liberté ;
 
-         à Paris le jeudi 8 novembre 2012 à 9 h 00 précises, devant le Sénat, Palais du Luxembourg - 15 rue de Vaugirard.
 
Le Cercle Algérianiste invite tous ses adhérents et sympathisants à se mobiliser en grand nombre pour faire entendre leur refus de la date sinistre du 19 mars 1962.

 
Thierry ROLANDO
Président national du Cercle Algérianiste 
 
Repost 0
Published by ACBIVIERS
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 19:51

 

COURRIEL  OUVERT CONCERNANT LA PROPOSITION DU SENAT POUR OFFICIALISER LA JOURNEE DU 19 MARS COMME JOURNEE DU SOUVENIR.

 

 Madame,

Monsieur,

 Je me permets de vous transmettre ma correspondance, ci-dessous, adressée individuellement au Président du Sénat ainsi qu'à tous les autres sénateurs. J'avais joint l'état récapitulatif de mes travaux concernant nos disparus de la guerre d'Algérie. C'est édifiant.

 

Aussi compte tenu de l’importance que revêt notre lutte contre cette nouvelle injustice programmée, merci de bien vouloir amplifier ce courriel en le diffusant à tous vos contacts. Notre mobilisation de concert avec nos élus, responsables associatifs y compris anciens combattants, est indispensable pour convaincre et malheureusement légitimer encore notre noble combat mémoriel.


Mon but est de vous sensibiliser en attirant votre attention quant au projet "surprenant" de loi portant reconnaissance de la journée du 19 mars comme journée nationale du souvenir et de recueillement sur proposition du groupe socialiste. Cette séance initialement prévue au Sénat le 25 octobre a été reportée au 20 novembre 2012.

 

Comment ne pas être exaspéré devant la négation de ce qui s'est passé après le 19 mars 1962. Il y eût plus de morts et de disparus (jamais retrouvés) après cette date que sur la totalité de la guerre d'Algérie et le taux des pertes s'élève à plus de 80 %. C'est dire l'iniquité et l'hémiplégie, à l'égard des souffrances de milliers de personnes, suite au non respect délibéré et constaté, par tous nos consuls et autorités d'alors, de l'application des accords d'Evian sur le territoire algérien. Ils furent appliquer, il est vrai, mais seulement par nos troupes dont l'ordre donné fut de ne pas intervenir. Et l'on prétend encore de nos jours revisiter l'histoire sous prétexte que d'autres armistices ou accords furent ternis par divers incidents.

 

Cette banalisation serait un outrage à la mémoire des :

 

- 2021 disparus dont les corps n'ont jamais été retrouvés (récapitulatif joint au 31 décembre 1962 et encore évolutif)

. dont 1336 disparus après le 19 mars 1962,

. dont   685 disparus avant le 19 mars 1962.

 

- Enfin comment pouvoir ignorer malgré toutes les garanties affirmées consécutives aux accords signés :

. les tueries innombrables commises sur des femmes, enfants et hommes désarmés,

. les 800 personnes martyrisées à Oran le 5 juillet 1962 au cours d'un abominable pogrom finalisé au petit lac,

. les plus de 70.000 harkis abandonnés avec une solution finale la plus effrayante que l'on puisse imaginer.

. tout cela dans un contexte d’incitations aux départs par la terreur.

 

L'exode de près d'un million de personnes, les massacres de nos compatriotes et harkis doivent-ils être considérés comme une variable d'ajustement ? Si l'on veut attiser des braises sur des feux mal éteints et raviver des rancoeurs on ne s'y prendrait pas autrement. L'intérêt électoraliste et politique momentanés doivent t'ils primer sur des mémoires meurtries ? La date antérieure retenue du 5 décembre avait le bénéfice de la neutralité en tentant de rassembler le monde associatif des anciens combattants. Tout comme celle du 11 novembre dédiée à tous les morts pour la France. Seule la FNACA, minoritaire, a toujours milité contre.

 

Le rapporteur de ce projet, le sénateur du Puy de Dôme NERI Alain, affirme soutenir les demandes de 350.000 anciens combattants issus de la FNACA alors que près 1.250.000 vétérans d'autres associations sont absolument contre. Ce refus de prendre en compte l'expression majoritaire est totalement incompréhensible sauf d'admettre l'aspect idéologique de cette reconnaissance toujours refusée par les Présidents de la Vème République y compris par Monsieur François Mitterrand. L'aveu compassionnel, précisé, à l'égard des victimes par milliers, civils et militaires, de l'après 19 mars 1962 ne peut occulter le déni anachronique du choix de cette date, cinquante ans plus tard.

 

Quant à l'Algérie, depuis le 19 mars 1962, elle considère cette date comme une victoire, ce qui est son droit le plus absolu. Devons nous pour cela la rejoindre ?

Il est vrai que la propension de notre pays, à s' associer aux commémorations des autres, semble déroutante à l' instar de l' envoi de notre porte-avions aux festivités, en 2005, du bicentenaire de la défaite de Trafalgar, en oubliant d' honorer, la même année, la plus belle de nos victoires Austerlitz. Comprenne qui pourra !

 

A c'est vrai, « elle est belle, elle est grande, elle est généreuse.......la France » disait le général de Gaulle, mais doit elle, pour autant oublier ses propres enfants ?

 

Malgré le constat attristant, de ce nouveau combat 50 ans plus tard, et surtout encore avec une grande espérance quant à votre mobilisation pour lutter contre ce funeste projet, je vous prie de croire, Madame, Monsieur à l'expression de mes salutations les plus distinguées.

 

Jean-Claude  ROSSO

Chevalier de l’Ordre National du Mérite (à titre militaire)

04.68.59.68.79

 

 

 

De : jean_claude.rosso3@aliceadsl.fr

Date : 12/10/2012 14:42:27

A : bel.jean-pierre@wanadoo.fr

Sujet : Projet de Loi relatif à la reconnaissance de la journée du 19 mars

 

COURRIEL OUVERT A MESDAMES ET MESSIEURS LES SENATEURS

 

Monsieur le Président BEL,

Monsieur le Sénateur,

 

Peu enclin aux procédures de lobbying, je me permets cependant d'attirer respectueusement votre attention avant l'étude et le vote sur un projet sénatorial à l'ordre du jour, à nouveau, de votre haute assemblée

Il s'agit d'un projet de Loi relatif à la reconnaissance de la journée du 19 mars comme journée nationale du souvenir et du recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc.

N'oublions pas de préciser que la République a opté, en 2002, pour le 5 décembre comme journée nationale de recueillement. Une autre Loi en date du 28 février 2012, votée par la très grande majorité des parlementaires, assure que la mémoire de TOUS les Morts pour la France est honorée le 11 novembre en même temps que la victoire et la paix. Ces dates en principe neutres cristalliseront moins les passions voire les rancoeurs toujours vivaces.

 

Natif d'Algérie j' ai été très sensibilisé par la détresse de ma famille et de mes compatriotes au douloureux et sanglant exode de l' année 1962. Ci fait que je me suis particulièrement intéressé, depuis plus de cinq ans, à une étude menée personnellement concernant les disparus civils et militaires de la guerre d'Algérie. Il est vrai que notre famille a eu l'indicible souffrance d'avoir un de ses membres enlevé sans aucune raison. Son seul tort être présent à un mauvais moment le 29 mai 1962 à Tlemcen. C'était un modeste plombier, père de 4 enfants et nous n'avons depuis ce triste jour aucune nouvelle le concernant.

 

Comme vous pourrez le constater à la lecture de mes travaux, en annexes ci-jointes, il a rejoint la triste cohorte de ceux qui innocents ont été enlevés à l'affection des leurs. Vous constaterez également que le nombre de disparus après le 19 mars 1962 (date du cessez le feu ou parait-il la paix était instaurée) est supérieur à celui de toute la durée de cette guerre asymétrique avec comme fer de lance un terrorisme aveugle :

 

- 2021 disparus recensés au 31 décembre 1962 inclus,

- 1336 disparus après le 19 mars 1962,

-   685 disparus entre 1954 et le 18 mars 1962.

 

Ce chiffre n'a pu prendre en compte l'immense majorité de nos compatriotes harkis et de leurs familles qui ont été massacrés après le cessez le feu. A ce jour nous ne connaissons pas le chiffre précis de ces horreurs. Devant cette ampleur notre compassion devrait leur être acquise. Et pourtant... !

Comment peut on oublier également le sacrifice des militaires disparus qui ont été, eux aussi, abandonnés. Il est précisé que 76 d'entre eux ont été également enlevés et jamais retrouvés après le 19 mars 1962. Leurs familles "apprécieront cette date symbolique", retenue éventuellement, alors qu'elle est en totale inadéquation avec le destin tragique de leurs êtres chers dont les corps n'ont jamais été restitués.

 

Je ne porte aucun jugement sur les intentions des uns ou des autres et j'adhère à la paix des mémoires sans aucune idéologie. Mais cette date, non consensuelle parmi les anciens combattants, est également un risque de division de notre communauté nationale. Est-il utile et opportun de rallumer des feux mal éteins en négligeant à dessein certains alors que d'autres seraient à ressasser l'aspect victimaire Je sais aussi que de l'autre côté de la méditerranée il y a eu également beaucoup de victimes suite à cette guerre sans pour autant que la responsabilité globale soit imputée exclusivement à notre Pays.

 

Vous remerciant de l'attention portée à ce courriel, je vous prie de croire, Monsieur le Président du Sénat, à l'expression de mon plus profond respect.

 

 

Repost 0
Published by ACBIVIERS
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 14:40

Nous vous attendons nombreux


 Mardi 13 novembre 2012 // 10h-17h30


à  la Maison des Sciences de l'Homme

Campus universitaire

Pour une journée d'étude sur

Le conflit algérien


De par les thèmes abordés, la qualité des intervenants, cette journée sera assurément un grand évènement, un grand moment de vérité. Le Lieutenant-colonel Jean-Pierre Martin en est le Directeur Scientifique . Le carton d'invitation ci-après fournit toutes les informations relatives à cette journée. Pour toute précision complémentaire appeler Pierre Chauvet au 09 51 13 58 33 ou 06 01 79 15 18.

col-1-copie-1.jpg

col 2

col 3

col 4

Repost 0
Published by ACBIVIERS
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 05:52

Le mythe des massacres du 17 octobre 1961, par Bernard Lugan

En reconnaissant la responsabilité de l’Etat français et en rendant hommage aux « victimes » de la manifestation interdite du 17 octobre 1961, François Hollande s’est comporté en militant sectaire, non en président de tous les Français. D’autant plus que, pour les historiens de métier, les prétendus « massacres » du 17 octobre 1961 constituent un tel exemple de manipulation qui sont étudiés comme un cas exemplaire de fabrication d’un mythe ; comme Timisoara en Roumanie, comme les « couveuses » au Koweit ou encore comme les « armes de destruction massive » en Irak.
Tout repose en effet sur des chiffres gonflés ou manipulés et sur des cadavres inventés. Dans une inflation du nombre des morts, les amis du FLN algérien et les porteurs de valises communistes ont ainsi joué sur les dates, additionnant aux 3 morts avérés du 17 octobre ceux des jours précédents ainsi que les décès postérieurs. Pour eux, tout Nord Africain mort de mort violente durant le mois d’octobre 1961 est forcément une victime de la répression policière…même les victimes des accidents de la circulation. [...]
 
Quel est donc le vrai bilan de cette manifestation ?
  • Le 17 octobre 1961, alors que se déroulait dans Paris un prétendu massacre, l’Institut Médico Légal (la Morgue), n’a enregistré aucune entrée de corps de « NA » (NA= Nord Africain dans la terminologie de l’époque).
  • Le 17 octobre 1961, de 19h30 à 23 heures, il n’y eut qu’une seule victime dans le périmètre de la manifestation et ce ne fut pas un Algérien, mais un Français nommé Guy Chevallier, tué vers 21h devant le cinéma REX, crâne fracassé. Par qui ?
  • En dehors du périmètre de la manifestation, « seuls » 2 morts furent à déplorer, Abdelkader Déroues tué par balle et retrouvé à Puteaux et Lamara Achenoune tué par balle et étranglé, gisant dans une camionnette, également à Puteaux. Rien ne permet de dire qu’ils furent tués par les forces de l’ordre.
Le 18 octobre, à 04 heures du matin, le bilan qui parvint à Maurice Legay le directeur général de la police parisienne fut donc de 3 morts. Nous sommes donc loin des dizaines de morts et de «noyés» auxquels l’actuel occupant de l’Elysée a rendu hommage !!!
 
Certes, nous dit-on, mais les cadavres ont été déposés à la morgue les jours suivants. Faux, car ce n’est pas ce qu’indiquent les archives de l’Institut Médico Légal de Paris puisque, entre le 18 et le 21 octobre, « seuls » 4 cadavres de « NA » furent admis à la Morgue :
  • Le 18 octobre, Achour Belkacem tué par un policier invoquant la légitime défense et Abdelkader Benhamar mort dans un accident de la circulation à Colombes.
  • Le 20 octobre, Amar Malek tué par balles par un gendarme.
  • Le 21 octobre Ramdane Mehani, mort dans des circonstances inconnues.
Nous voilà donc bien loin des 100, 200 ou même 300 morts « victimes de la répression » avancés par certains et pour lesquels M. François Hollande a reconnu la responsabilité de la France ! [...]
 
Source : Bernard Lugan, historien français
Article publié le 18 octobre 2012 par Aetius

 
[1]Voir à ce sujet le dossier spécial de l’Afrique réelle, novembre 2011 intitulé Pour en finir avec le mythe du « massacre » des Algériens à Paris le 17 octobre 1961.
[2] « Rapport sur les archives de la Préfecture de police relatives à la manifestation organisée par le FLN le 17 octobre 1961 ». Rapport établi à la demande du Premier ministre, M. Lionel Jospin et remis au mois de janvier 1998 par M. Dieudonné Mandelkern président de section au Conseil d’Etat, président ; M. André Wiehn, Inspecteur général de l’administration ; Mme Mireille Jean, Conservateur aux Archives nationales ; M. Werner Gagneron, Inspecteur de l’administration.
[3] Voir l’Afrique réelle, novembre 2011
* * *
NDLR FNCV : il est indispensable à la manifestation de la vérité, de rappeler les multiples assassinats perpétrés par le FLN contre la police française au cours des semaines ayant précédé la manifestation du 17 octobre 1961 et la répression qui en a été la conséquence malheureuse.
 
Comme le rappelle Wikipedia, le FLN parisien s'était abstenu d'attaquer les policiers et les harkis à partir du 5 juin 1961 respectant ainsi la trêve imposée par le GPRA pendant les négociations avec le gouvernement français.
 
Mais ce cessez-le-feu fut rompu le 15 août 1961 à la seule initiative du FLN, par une offensive contre la FPA qui fit trois morts. Le 29 août, trois policiers succombent dans cinq attaques simultanées dans différents quartiers de Paris.
 
Ces assassinats marquent le début de cinq semaines meurtrières durant lesquelles 10 policiers encore seront abattus. La vague d'attentats de septembre et octobre 1961 sera d'une ampleur que l'on n'avait jamais connue. Sept policiers en seront victimes en septembre. Il semble bien que les commandos du FLN aient reçu pour consigne d'attaquer indistinctement tout policier ou militaire en uniforme. 1961 est l'année la plus meurtrière pour la police parisienne, entre le 29 août et le 3 octobre, au cours de 33 attaques distinctes, les commandos du FLN tuent 13 policiers soit plus que le total annuel des années précédentes. 
 
Ainsi, le seul massacre qui a eu lieu durant cette sombre époque, et dont la réalité est établie par des pièces officielles incontestées, est celui des gardiens de la paix français.
 
Une manifestation de la repentance du chef de l'Etat algérien à propos de tous ces crimes serait une réponse digne et appropriée à l'hommage rendu par François Hollande aux victimes du 17 octobre 1961.
Source NDLR : PC FNCV
Repost 0
Published by ACBIVIERS
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 05:49
Il y a ceux qui sont présents sur le terrain et apportent au quotidien leur aide et leur chaleur à Hamid et Zohra… Il y a les « silencieux » et ceux « qui s’en foutent »… Et il y a aussi des énergumènes qui ne font rien mais critiquent l’action des premiers en vociférant « à la récupération politique » !  Ceux-là n’ont même pas l’estime d’eux-mêmes ! Qu’ils se taisent à jamais !
 

 
Succès pour la journée de soutien à Hamid et Zohra. Pour voir le reportage de France 3, cliquez sur le lien:
 
 
Signez la pétition:
 
Repost 0
Published by ACBIVIERS
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 19:41
 
HOMMAGE DU CHEF DE L’ETAT AUX « FRANÇAIS MUSULMANS »
VICTIMES DE LA REPRESSION GAULLISTE DU 17 OCTOBRE 1961
17 octobre 2012 – 23 h
 
Par un communiqué de quatre lignes non signé, la Présidence de la République a fait savoir que le Chef de l’Etat « rend hommage » à la mémoire des « Algériens » victimes de la « sanglante répression » de la manifestation organisée par le FLN à Paris le 17 octobre 1961. A cette date, la citoyenneté algérienne n’existait pas. Elle a été créée pour la première fois par la reconnaissance, par le général De Gaulle, le 3 juillet 1962, de l’indépendance de nos départements algériens. Jusqu’à cette date, tous les habitants d’Algérie étaient Français comme le démontre leur participation massive au vote de la Constitution de la Ve République en septembre 1958 et aux élections législatives de novembre 1958 qui firent élire à l’Assemblée nationale française 46 députés Français musulmans élus sur les listes « Algérie française », dont le plus célèbre fut le Bachaga Saïd Boualam, vice-président de 1958 à 1962 de l’Assemblée nationale.
 
Selon la loi du 18 octobre 1999, la France était encore en guerre le 17 octobre 1961 contre le FLN, organisation terroriste qui avait déjà assassiné en France à cette date plus de 4000 Français musulmans et plus de 200 Français de souche européenne. En Algérie ses victimes se comptaient déjà par plusieurs dizaines de milliers Français de toutes origines. Cette organisation a voulu s’imposer par la terreur auprès de la population algérienne qui, rejetant massivement ses actes « barbares », s’engagea auprès des forces françaises. Des actes criminels dénoncés par le Président Jacques Chirac, ancien combattant d’Algérie, dans son allocution du 25 septembre 2001 lors de la première cérémonie en « Hommage aux Harkis ». Des Harkis qui furent 5 à 6 fois plus nombreux que les combattants du FLN, ce qui conduisit volontairement le général De Gaulle à leur désarmement le 19 mars 1962 qui, après leur avoir retiré leur nationalité française en violation de l’article 15 de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, livrait « ce magma qui n’a servi à rien » (sauf à lui permettre de revenir au pouvoir) à un massacre prémédité.
 
Il est dommage que l’agenda de M. François Hollande, comme celui de son prédécesseur jusqu’en 2011, ne lui ait pas permis d’assister depuis 2001 à une cérémonie officielle en souvenir des 100.000 Harkis assassinés par le FLN en Algérie après le 19 mars 1962. Il aurait pu y rencontrer quelques-uns des survivants. Un agenda qui ne lui a pas permis non plus de s’associer depuis 2003 à l’une des cérémonies officielles du 5 décembre en mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie. Il aurait pu y rencontrer les familles des victimes du 26 mars 1962, des milliers de disparus ou du massacre d’Oran du 5 juillet 1962.
 
Selon les médias, le 5décembre 2012, le Chef de l’Etat sera en Algérie, comme Nicolas Sarkozy le 5 décembre 2007. Comme son prédécesseur il ne pourra pas présider la cérémonie officielle du 5 décembre 2012 au Mémorial National de la guerre d’Algérie, Quai Branly. Envisage-t-il de recevoir les représentants des Associations de Français rapatriés et d’Anciens combattants lors de son retour à l’Elysée comme le fit Nicolas Sarkozy? Dénoncera-t-il alors la FranAlgérie, comme il vient de le faire en Afrique noire, en proclamant : « Le temps de la FrancAlgérie est révolu. Il y a la France. Il y a l’Algérie. Il y a le partenariat entre la France et l’Algérie, avec des relations fondées sur le respect, la clarté et la solidarité». 50 ans après, les Français et les Anciens combattants d’Algérie souhaitent naturellement des relations normalisées entre la France et l’Algérie. Ces relations équilibrées de réciprocité, les Français d’Algérie comme une grande partie du peuple Algérien, les attendent dans la libre circulation des Harkis, le respect des cimetières et celui de notre Histoire faite joies, de larmes et de grands sacrifices communs pour leur « mère patrie » la France, notamment en 1870, en 1914-18, 1939-40, en Indochine et en Algérie.
 
Une Histoire commune, qui malgré la cassure de 1962, lie le peuple algérien d’aujourd’hui par d’étroites relations affectives avec le million de Français exilés de force sous la menace d’un choix réduit à « la valise ou au cercueil ». Des Français d’Algérie qui n’ont pu revenir avec tous leurs monuments aux morts. L’année 2013 sera celle du 70eanniversaire du retour en guerre de la France contre le nazisme par l’engagement de l’Armée d’Afrique en Tunisie, en Corse puis en Italie. Une armée composée de 175.000 pieds-noirs et 230.000 Français musulmans. Alger devient en 1943 la capitale de la France combattante. Le rapatriement du Monument aux Morts d’Alger, 70 ans après, ne  serait-il pas le plus beau geste d’une relation franco-algérienne nouvelle basée sur le respect, la clarté et la solidarité ?
 
L’Histoire des guerres civiles d’Algérie de 1954 à 1962 est avant tout le problème de l’Etat français qui a exercé sa souveraineté sur nos départements algériens jusqu’au 2 juillet 1962. La France ne peut sortir de 50 ans d’un « mensonge français », selon l’expression réaliste de Georges-Marc Benamou, que par la reconnaissance de « l’abandon volontaire », selon l’expression même de François Hollande dans sa lettre du 24 janvier 2012, des Français d’Algérie par les gouvernements français depuis 1962. C’est ce qu’avait promis son prédécesseur en 2007, c’est ce à quoi M.François Hollande s’est engagé aussi depuis 2007.
 
C’est ce changement basé sur la  « Vérité » et la « Justice », valeurs qui guident l’action du Chef de l’Etat, que les Français attendent et non l’officialisation le 25 octobre, en catimini, par quelques Sénateurs en retard de dix années, de la date du 19 mars 1962 pour honorer la mémoire des « victimes civiles et militaires (françaises ?) de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie ». Les Associations hostiles à cette officialisation ont demandé être reçues en urgence par le Président de la République, président de tous les Français, afin de lui présenter les raisons historiques qui font que cette date ne peut être retenue comme celle du retour de la « paix » en Algérie. Elle est en réalité, celle d’un « crime d’Etat » qui fut suivi d’un « crime contre l’Humanité » faisant plus de 100.000 victimes françaises innocentes comme le dénoncent aujourd’hui, après un silence de 50 ans, la Ligue des Droits de l’Homme et la LICRA, deux associations humanitaires historiquement favorable à l’indépendance de l’Algérie.
 
La « paix » des mémoires ne peut se réaliser qu’après la reconnaissance de cette incontestable et incontestée Vérité historique.
 
Bernard COLL
Secrétaire général de JPN
BP 4 – 91570 Bièvres – Tel :             06 80 21 78 54      
 
Repost 0
Published by ACBIVIERS
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 21:28

Papy.jpg

Repost 0
Published by ACBIVIERS
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 16:19

mars-1.jpg

mars-2.jpg

Repost 0
Published by ACBIVIERS