Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue

  • : UNC Alpes Dauphiné
  • : Vie des Sections rattachées
  • Contact

Formulaire d'adhésion

Recherche Article

Pour nous joindre

               

 

La Guerre d'Algérie

11 mars 2022 5 11 /03 /mars /2022 13:16
Lecture: Journal de Séraphine Pommier, infirmière de la Croix-Rouge pendant la Grande guerre (1914-1918)" Éd. Les Passionnés de Bouquins
Lecture: Journal de Séraphine Pommier, infirmière de la Croix-Rouge pendant la Grande guerre (1914-1918)" Éd. Les Passionnés de Bouquins
Lecture: Journal de Séraphine Pommier, infirmière de la Croix-Rouge pendant la Grande guerre (1914-1918)" Éd. Les Passionnés de Bouquins

Bonjour,

Je viens de signer aux éditions Les Passionnés de Bouquins un ouvrage consacré au journal d’une infirmière bénévole de la Croix-Rouge engagée dans deux hôpitaux de l’arrière pendant les quatre années de la Grande guerre. Nous avons découvert avec surprise qu’il n’existait pas dans l'édition française d’autres journaux d’infirmières aussi complets et sur une aussi longue période. Pendant 51 mois Séraphine Pommier a donné des soins à 762 malades et blessés ; elle a été décorée en 1918 de la Croix de guerre et de la Palme d’or des infirmières.

Dès la brutale invasion de la France en août 1914, les pertes sont élevées et le ministère de la Guerre, les services de Santé, la Croix-Rouge créent ensemble et dans l’urgence 1500 hôpitaux auxiliaires en application de plans établis dès 1903. Une jeune femme de la bourgeoisie lyonnaise, originaire de Savoie, se demande comment elle pourrait servir son pays envahi par les
« Prussiens » : « Je sentis plus que jamais le besoin de me dévouer et de faire quelque chose » écrit-elle sur un cahier. Elle est recrutée comme infirmière bénévole à l’hospice de Meximieux, dans l’Ain, devenu hôpital militaire, puis au lycée-hôpital Ozanam à Lyon. Elle décide de tenir un journal quotidien ; en effet, tout l’étonne dans ce métier nouveau pour elle : le brassage des Poilus de toutes les armes et venus de toutes la France et des colonies, la pharmacopée où se mêlent le vin aromatisé ou la pommade des Reclus et le Dakin qui vient d’être inventé, les prothèses de plus en plus élaborées pour les blessés, les concerts caritatifs et les loisirs dans les hôpitaux, les pratiques religieuses, les pénuries alimentaires, l’accueil des prisonniers, les visites aux blessés, les trains de réfugiés de la Croix-Rouge, etc. La figure héroïque du Poilu, les pieds dans la boue de sa tranchée, s’enrichit d’une autre réalité sous la plume bienveillante de Séraphine. «Le médecin soigne les blessures. Nous, nous soignons les hommes.» écrit-elle. Elle s'est occupée de nombreux chasseurs des 5e, 13e, 26e, 58e, 102e bataillons,... Elle écrit le samedi 19 juin 1915 : "C’est bien 40 blessés [...] arrivant directement du front après une seule nuit passée à Bussang, dans les Vosges. Dans quel état lamentable sont ces pauvres diables après tant de mois passés dans les tranchées ! Presque tous ont un bras ou la tête bandée. Comme toujours, c’est l’Alsace qui nous les envoie, et ce sont principalement des bataillons de chasseurs qui toujours mènent l’attaque" et le mercredi 23 juin : " Enfin les voilà ! Ce sont [...] des chasseurs blessés dimanche ou lundi, arrivant de Metzeral."  Cette bataille s’est déroulée du 15 au 24 juin, dans la haute vallée de Munster, en Alsace. Elle fut l’une des plus meurtrières des Vosges. Les Français commandés par le général de Maud’huy se sont emparés du sommet de l’Hilsenfirst le 17 juin, du village de Metzeral le 22 juin, puis de Sondernach le 27 juin, au prix de 6600 tués et disparus. Les chasseurs furent alors qualifiés de « diables » par les Allemands, surnom qui leur restera.

Le Journal de Séraphine Pommier, infirmière pendant la Grande Guerre (1914-1918) a été réalisé à partir de 1800 pages de cahiers d’écolier desquelles ont été extraites et annotées quelque 300 pages, illustrées de 19 croquis de sa main et de 10 photos qu’elle a prises.

J'ai l’espoir que vous pourrez relayer cette annonce auprès de vos adhérents dans votre bulletins de liaison et sur le site internet de votre association ; je vous en remercie par avance. 

Les amateurs d’Histoire, les militaires, les étudiants, les futurs personnels de santé, les familles qui ont eu un aïeul blessé, les anciens combattants et tous ceux qui s’intéressent à la résilience des populations dans une guerre, découvriront avec intérêt cet ouvrage.

Cordiales salutations,

Patrick ROLLAND
Tél. 07 88 37 34 98

Partager cet article
Repost0

commentaires