Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue

  • : UNC Alpes Dauphiné
  • : Vie des Sections rattachées
  • Contact

Formulaire d'adhésion

Recherche Article

Pour nous joindre

               

 

La Guerre d'Algérie

12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 21:33
 
Faire comprendre la guerre d’Indochine, la restituer dans le contexte de l’époque avec le souci de la vérité, tel était l’enjeu de l’exposition proposée par la toute nouvelle association d’Anciens Combattants de Biviers et Saint-Ismier les 7, 8, 9 et 10 mars. Un parcours d’une vingtaine de panneaux vivants et interactifs, complété d’une conférence d’une heure et demie, dispensée par le Général PICHOT-DUCLOS, président d’honneur de l’association.
 
Si ce conflit marque si peu les esprits aujourd’hui (quasiment aucun monument honorifique sur le territoire national), c’est sûrement dû à la situation géopolitique de l’époque, que ce soit sur un plan national, international ou local.
La France sort de la deuxième guerre mondiale, elle doit se reconstruire et tout événement loin de ses frontières n’avive aucun intérêt. De plus, l’instabilité politique (plus de 24 gouvernements en 9 ans) ne permettra pas au pays de sortir honorablement de ce conflit. Pour exemple, l’envoi du contingent fut toujours refusé, laissant aux seuls militaires d’active la charge des opérations.
L’opinion internationale n’est pas favorable, en particulier les Etats-Unis qui prônent la décolonisation. Ce n’est qu’en 1950 avec l’avènement de la Guerre Froide et l’opposition des deux blocs Est-Ouest que les USA décident d’aider financièrement et matériellement la France. La Chine quant à elle, est désignée en 1945 pour opérer le désarmement des troupes nippones stationnées dans le Nord de l’Indochine.
Enfin localement, les élites indochinoises, manquant désespérément de reconnaissance, se regroupent derrière un homme, Ho Chi Minh qui deviendra le chef charismatique de l’insurrection armée. De formation universitaire européenne, il apprend la politique en URSS et affine sa doctrine en Chine. Il est l’ interlocuteur privilégié, habile et pragmatique.
 
Le conflit armé démarre vraiment le 23 novembre 1946 par le bombardement du port de Haiphong et prendra fin à la bataille de Diên Biên Phu en 1954. 8 ans de guerre où nos soldats étaient confrontés à deux ennemis, l’un sournois, orienté vers la guérilla tout azimut, l’autre rangé et puissamment armé comme au siège de Diên Biên Phu.
 
La conférence de Genève de 1954 mettra définitivement fin au conflit, donnant naissance à un nouvel état, le Vietnam, entraînant un exode vers le Sud de milliers de réfugiés. Coupé en deux états en 1956, le Vietnam retombera dans le chaos quelques années plus tard, lors de l’intervention américaine destinée à lutter contre l’invasion communiste.
 
Le bilan de cet épisode tragique de notre histoire est la perte de 40 000 hommes, de 9000 disparus pour un effectif total de 262 000. Des actes héroïques, cités en exemple parmi les plus glorieux de notre histoire et aujourd’hui reconnus sur la scène internationale auraient certainement mérité plus de considération du monde politique d’alors.
Cette exposition est un hommage aux combattants français, africains et indochinois mais aussi à cette région du Monde où des ethnies sont encore persécutées.
 
                                                                                                          Philippe Montiton
Partager cet article
Repost0

commentaires