Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue

  • : UNC Alpes Dauphiné
  • : Vie des Sections rattachées
  • Contact

Formulaire d'adhésion

Recherche Article

Pour nous joindre

               

 

La Guerre d'Algérie

27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 20:22

Ce soir 27 octobre, en la maison du "Pré de l'eau" à Montbonnot, nous avons eu l'immense honneur et le grand avantage d'avoir avec nous Monsieur le professeur Georges Dreyfus. Il a quitté la capitale, malgré son grand âge et quelques soucis de santé pour nous entretenir de "De Gaulle et l'Algérie". Avec brio ,parfois au risque de blesser certaines personnes de l'assistance, il nous a livré son analyse laquelle tend à montrer que de Gaulle, pouvait avoir eu raison sur le fond mais qu'il avait à l'évidence très mal appréhendé la forme , les tragédies de l'après 19 mars 1962. Un échange questions/réponses fort intéressant  a suivi et complété ce brillant exposé. 

Avant que la parole ne soit donnée à Monsieur le professeur, notre président Pierre Chauvet, nous a présenté de façon plus complète notre camarade ancien combattant MOKADEM Salem, qui avait pris la parole fort à propos lors de la conférence de la veille. Rendez-vous est pris pour lui remettre la croix du combattant.
Nous espérons que ses amis harkis seront nombreux ce jeudi pour la conférence qui leur est consacrée.






Partager cet article
Repost0
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 21:32

Ce lundi soir, le général B. de Dinechin est venu depuis Paris, nous entretenir des structures mises en place en Algérie dès 1955 pour assurer la formation de la jeunesse algérienne. Tâche essentielle et exaltante, complémentaire des SAS, largement évoquées et qui feront l'objet d'une conférence mercredi 28 octobre. A ne pas manquer !
La satisfaction de l'assistance fut grande. Merci mon général.






Partager cet article
Repost0
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 21:48


En ce dimanche après-midi, une centaine de personnes avaient choisi de se rendre à la maison du "Pré de l'eau" à Montbonnot  afin de découvrir notre exposition  et assister à la conférence sur "L'Armée d'Afrique".
Le Colonel Jean Pierre Martin a capté toute notre attention durant 1h30. L'assistance lui a exprimé sa grande satisfaction par des applaudissements intenses.

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 17:21

Affluence record ( plus de 150 personnes) et satisfaction général en ce samedi , pour l'inauguration de notre exposition sur la guerre d'Algérie.
Cliquer sur le lien suivant pour découvrir quelques photos de cette manifestation réussie en tous points.



http://picasaweb.google.fr/amicale.acb/InaugurationExpositionGuerreAlgerie#



Partager cet article
Repost0
22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 21:20

Premier jour de notre exposition. Grande satisfaction des visiteurs déjà très nombreux.
Ci-après, notre camarade Versini renseigne un couple de visiteurs visiblement enthousiastes.

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 18:40

C'est dans l'allègresse que, les anciens combattants " UNC du Dauphiné " ont mis en place les éléments de l'exposition sur laquelle ils planchent depuis 9 mois. Le résultat est SAISISSANT !
Ci-dessus quelques photos, avant, pendant et après.





 

 

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 12:52



L'Association des Anciens Combattants de Biviers et de Saint-Ismier vient de perdre, courant août, avec beaucoup de peine, un de ses membres, un membre qui avait la particularité d'être une femme. En effet, Madame Liliane Eckern avait été introduite dans notre association par son mari, lui-même revenu de la guerre d'Algérie avec une grave blessure au poumon, blessure dont il est décédé une vingtaine d'années plus tard.
    La mort de son mari, dont Liliane Eckern gardait toujours un souvenir très vif, l'a conduite à faire partie également de l'Association des Veuves de Guerre, au sein de laquelle elle s'est particulièrement dévouée.
  Liliane Eckern a toujours participé intensément à la vie locale par le biais de nombreuses associations (A.V.A.G., Gymnastique volontaire, etc...), dont elle était toujours un membre actif et plein d'entrain. Ses qualités personnelles la faisaient apprécier de tous. Elle était disponible, bienveillante, toujours prête à aider. Elle savait écouter, et elle savait encourager.
    Très sportive dans sa jeunesse, ayant beaucoup voyagé, elle s'était fait beaucoup d'amis... Sa famille et ses amis l'ont entourée et soutenue lorsque, hélas, la maladie l'a atteinte il y a environ un an et demi. Elle en a supporté les épreuves avec beaucoup de courage et une certaine discrétion.

    Dynamique mais réservée, elle ne parlait pas à tout le monde de tout ce qu'elle faisait: c'est pourquoi un certain nombre  de personnes ne savaient pas quelle activité Liliane Eckern a deployée pour les Anciens Combattants et pour les Veuves de Guerre: elles ont pu être étonnées que, lors de la cérémonie funéraire, le cercueil de Liliane Eckern soit recouvert des couleurs nationales: en sa qualité de ressortissante de l'ONAC( Office National des Anciens Combattants) , c'est un  honneur qui lui était dû et qu'elle méritait bien.
¨

                                                                                    Pierre CHIBON

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 12:39

Nous l’avons accompagné, début aout, en l’église d’Albens en Savoie , entouré de dix drapeaux, et lui avons rendu les honneurs militaires devant une assistance nombreuse.

 

Né le 14  aout à Tunis, il interrompt ses études de lettres et droit pour rejoindre un corps franc au Djebel Abiod en octobre 1942 ou il sera blessé une première fois. Il reçoit sa première citation.

En mars 1943 il est versé au 3eme régiment de Tirailleurs Algériens à Constantine ,

Il fera les campagnes d’Algérie et de Tunisie face aux forces de l’Axe.

Il est nommé Sergent le 9 Décembre 1943, et rejoint volontairement son unité en Italie malgré ses blessures.

 

Blessé une nouvelle fois, il obtient sa deuxième citation.

Il terminera la guerre à l’Etat Major de l’Armée des Alpes.

Préoccupé par les problèmes de défense, il  suivra ensuite, en 1948, les cours de l’Ecole Militaire d’Infanterie de Cherchell en Algérie

 

Titulaire de nombreuses décorations  françaises et étrangères, dont la croix de guerre 1945, il exercera de nombreuses responsabilités dans le monde combattant : Présidences de la fondation Marechal de Lattre, des Anciens du Corps expéditionnaire en Italie, de Rhin et Danube, et enfin des Anciens Combattants de la Franco-Britannique  qu’il animera pendant de nombreuses années.

 

Journaliste et enseignant, la transmission de la mémoire était pour lui une impérieuse nécessité.

 

Que son épouse  et ses enfants trouvent   dans ce témoignage  la marque de notre soutien et de notre amitié.

 

Le Président Pierre Chauvet

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 14:24

  

         Les Anciens combattants de l’UNC/Dauphiné ont voulu dédier leur exposition sur la guerre d'Algérie à l’un d’entre eux, André ESPRIT, dernier élève-officier de l’école militaire de Cherchell à être tombé au champ d’honneur, le 8 mars 1962, lors d’un accrochage au djebel Marabcha (secteur de Cherchell) .

C’est à Grenoble que naquit André Esprit, le 16 mars 1938, dans une famille modeste.Très jeune, il entre au pensionnat du Rondeau-Montfleury où il se montre un brillant élève, obtenant aisément son baccalauréat de philosophie. Témoignant déjà d’un esprit droit et juste, il est aimé de ses camarades pour sa bonté naturelle et son dynamisme.

 

           A 18 ans, il suit les cours de la Faculté des lettres de Grenoble tout en étant surveillant à l’Externat Notre Dame, afin de subvenir au financement de ses études. Il consacre ses congés à la colonie de vacances de Curières sous la direction de l’Abbé Paillassou. Ainsi peut-il développer les qualités de commandement qui lui seront reconnues à Cherchell.

 

         A 22 ans, il obtient avec brio sa licence d’histoire et géographie. Tout au long de ses études, il aura également montré un dévouement constant à sa famille, témoignant ainsi d’éminentes qualités humaines.

Elément dynamique et infatigable, il est déjà un meneur d’hommes sachant s’imposer à ses camarades par sa simplicité, son sens de la justice et une volonté à toute épreuve. A ses facultés intellectuelles, il allie de grandes capacités physiques et décide de s’inscrire au Judo-club de Grenoble : en deux ans il atteint le grade de ceinture marron et se prépare à la ceinture noire.

           Ayant achevé ses études, il devient professeur d’histoire et géographie à l’Externat Notre Dame. Chrétien fervent, il s’y trouve bien et paye sans compter de sa personne : dévoué à ses élèves il assume aussi le rôle de moniteur d’éducation physique et celui de moniteur-chef de la colonie de Curières. Se donnant pleinement à son idéal de chef et de chrétien, il rayonne de joie et se fait remarquer par son total dévouement.

           Au mois de septembre 1961, il est incorporé au 1ier RPIMa à Mont de Marsan et rejoint le Peloton préparatoire d’Officier de Réserve. Il en sort major et entre à Cherchell le 3 janvier 1962.

           C’est en apprenant son métier de chef de section qu’il tombe devant l’ennemi . Il sera distingué par la citation suivante :

« Elève-officier de tout premier ordre qui depuis son arrivée à l’Ecole militaire de Cherchell s’est fait spécialement remarquer par sa personnalité et son enthousiasme. Le 8 mars 1962, au cours d’une sortie en zone rebelle, a été grièvement blessé lors d’un accrochage au Marabcha, secteur de Cherchell. Est tombé en servant l’arme automatique de son groupe dès le début de l’engagement face à un ennemi particulièrement agressif. Est décédé des suites de ses blessures. »

 

         Il était naturel que les anciens combattants du Dauphiné, près de cinquante ans après son sacrifice, rendent hommage à l’ élève-officier André Esprit, l’un des leurs, Dauphinois comme eux, officier exemplaire et authentique héros de la guerre d’Algérie. C’est pourquoi notre exposition «  La guerre d’Algérie, une exigence de vérité » lui est dédiée.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 13:57

 

LA GUERRE  D'ALGERIE

 

« UNE  EXIGENCE  DE VERITE  »

 

  

Du 22 au 31 octobre prochain, salle du Pré de l’Eau à Montbonnot (Isère), sera présentée l’exposition «  La guerre d’Algérie, une exigence de vérité ». Cette exposition est dédiée à la mémoire d’un combattant dauphinois, André Esprit, tombé au champ d’honneur le 8 mars 1962.

L’inauguration de cette exposition, placée sous le haut patronage de Hubert Falco, secrétaire d'Etat à la Défense et aux Anciens Combattants, en présence de Hamlaoui Mékachéra, ancien secrétaire d'Etat à la Défense et aux anciens  Combattants, aura lieu le samedi 24 octobre à 10h.

 

43 tableaux y seront présentés au public, ainsi qu’une plaquette l’accompagnant. Cette œuvre de mémoire est due à l’UNION NATIONALE des COMBATTANTS, sections du Grésivaudan, de la Matheysine, du Vercors et de la Haute Savoie. Beaucoup de ses réalisateurs ont été acteurs de ce conflit.

Mais pourquoi évoquer cette guerre, et pourquoi cette exigence de vérité?

Près d'un demi-siècle après la fin de ce conflit, les plaies n’en sont pas encore refermées et le contentieux entre la France et l’Algérie loin d’être réglé. Pourtant cette guerre d’Algérie aurait pu connaître un autre dénouement. Aucune fatalité ne la destinait à ce terrible résultat, avec son cortège de massacres, de trahisons et de honte. La « paix des braves » prônée un temps par le général de Gaulle aurait pu réconcilier les adversaires d’hier et permettre une cohabitation entre les différentes communautés. Ce qui était d’ailleurs le vœu de l’immense majorité du pays. Elle a marqué toute une génération[1]. Un million de Pieds-noirs ont dû quitter ce pays en abandonnant tout, leurs biens, leurs souvenirs et leurs morts… Elle a rompu une cohabitation séculaire entre des communautés qui partageaient le même amour pour cette terre. Près d’un demi-siècle après, d’aucuns affirment qu’il n’est toujours pas possible d’aborder sereinement le sujet. Trop d’enjeux s’y rattachent encore, enjeux politiques, mémoriels et émotionnels.

Cette exposition sera complétée par des projections de films documentaires historiques et   par sept conférences de qualité. Elle se veut libre de tout esprit partisan et de toute polémique. Elle entend simplement rappeler l’histoire.



[1]             1 750 000 Français qui y ont combattu et parfois laissé leur vie.

Partager cet article
Repost0